#artistsunderquarantine

Alors que la quarantaine progresse, j'envoie des messages à des amis musiciens pour essayer de lancer des projets créatifs pendant le confinement... Et tout à coup ils commencent à répondre! Voici le premier extrait de cette série inspirée par l'envie de créer malgré la situation!

Ces temps sont étranges, mais j'ai beaucoup de chance de pouvoir continuer à créer, et à partager quelque chose qui m'est cher, d'une manière honnête, intime, et simple, ce qui résonne fortement en moi.

De la musique de "chambre", littéralement!!

J'espère que vous aimerez ce magnifique poème, et la musique parfaite composée pour lui.

Avec la merveilleuse Justine Verdier.

O kühler Wald Op.72 n.3 Johannes Brahms (Clemens Brentano)

O kühler Wald,
Wo rauschest du,
In dem mein Liebchen geht?
O Widerhall,
Wo lauschest du,
Der gern mein Lied versteht?

Im Herzen tief,
Da rauscht der Wald,
In dem mein Liebchen geht,
In Schmerzen schlief
Der Widerhall,
Die Lieder sind verweht.

Traduction française:

Ô Forêt fraîche,
Où murmures-tu?
Dans laquelle ma bien-aimée marche?
Ô écho,
Où écoutes-tu?
Qui comprends volontiers mon chant?

Au plus profond du coeur,
Là murmure la forêt,
Où murmures-tu?
L'écho
s'est assoupit dans la douleur,
Les chants se sont dissipés.

.

Lancement du nouveau site!

Après quelques années à garder mon vieux site, j'ai enfin pris le temps de le rafraîchir un peu. Un nouveau site, maintenant compatible avec les tablettes et smartphones - oui, je suis un peu en retard! Voilà une petite explication pour expliquer en quoi il était maintenant bien temps de faire cette mise à jour.

Cette saison a été, usons d'un euphémisme, un peu intense. Elle a commencé avec le concours international de Marmande, où j'ai obtenu le premier prix femme pour la catégorie Opéra, ainsi que deux prix spéciaux... En tant que mezzo-soprano! Après ma décision de changer de tessiture un an plus tôt, j'ai eu de nombreux doutes, ayant chanté soprano depuis mes huit ans. J'avais même des cauchemars où je me présentais à des auditions ou des concours, et où on se moquait de moi.

"Pourquoi chantez-vous cela? Vous n'êtes pas mezzo!"!”

Ce bon vieux syndrome de l'imposteur. Mais pour dire vrai, c'était une situation inconfortable: les mezzo-sopranos aiguës ou légères sont toujours sur le seuil, et doivent subir quotidiennement les opinions de nombre de personnes de toutes sortes sur le fait qu'elles sont ou non vraiment mezzo-sopranos, ou sopranos. Donc, après avoir chanté soprano pendant si longtemps, je m'attendais à être submergée par ces discours.

Et savez-vous? Ce n'est pas du tout ce qui s'est passé! En fait, les retours étaient très positifs, et encourageants. Comme si j'avais tout simplement enfin trouvé chaussure à mon pied. Après plus de vingt ans à chanter juste un peu trop perché. Il était temps!

Et tout commença à changer. J'évolue vocalement chaque semaine, les auditions n'ont jamais été si positives, et je suis si heureuse et impatiente d'explorer ce nouveau répertoire!

Donc, que s'est-il passé cette année? J'ai changé d'agence pour faire équipe avec Florence Brunel. Nous nous sommes immédiatement entendues, et j'ai aussitôt eu accès à des auditions et des engagements.

Quelques exemples pour vous donner une idée de ce qui m'attends la saison prochaine:

  • Je vais chanter dans la production Jeune Public de L'Elixir d'Amour de Donizetti au théâtre des Champs-Elysées, puis à l'Opéra de Rouen, respectivement en février et mars 2020! C'est un tout petit rôle, mais je suis ravie de travailler pour ces maisons, et qu'ils aient aimé mon audition! J'ai le sentiment d'un nouveau départ.
  • Ayant enregistré le rôle de la Messagère dans l'Orfeo de Monteverdi (JE SAIS! Le rêve! Le CD sort en décembre 2020) avec Emiliano Gonzalez Toro et I Gemelli - un ensemble qui devient une nouvelle famille musicale - et j'ai maintenant des dates de concert pour l'automne, dont une à l'Opéra Royal de Versailles en décembre.
  • J'ai été invitée pour un concert de J.S. Bach avec Jos van Veldhoven à la direction de l'orchestre Pratum Integrum à Moscou, en tant que soprano II dans le Magnificat BWV 243. Pour ceux qui ne savent pas, soprano 2 en musique ancienne correspond à la tessiture plus récente de mezzo-soprano.

Il y a plus, et j'espère qu'il y en aura encore plus à dire, mais je vais en rester là pour le moment. Merci pour votre lecture, et j'espère que vous apprécierez le nouveau site! J'essaierai de le tenir à jour mieux que l'ancien...